développement = bonheur ? ( PNB et BNB )

On mesure le développement économique par le PIB : Produit Intérieur Brut. plus il est élevé (par habitant) , plus le pays est développé. Mais le progrès est t il bien mesuré par le PIB ?

Le secrétaire général de l'OCDE, a déclaré en juin 2007, en ouvrant un forum à Istanbul - « Comment mesurer le progrès et le favoriser » - qui a réuni un millier de statisticiens et d'économistes venus d'une cinquantaine de pays : « Si nous sommes d'accord que le progrès recouvre de nombreux éléments, nous devons aussi reconnaître que sa mesure ne peut se réduire au PIB par tête ». ( le Figaro du 6 juillet 2007).

la Banque mondiale privilégie les désormais fameux indicateurs de développement du millénaire, qui visent à réduire sensiblement la pauvreté, l'analphabétisme et la mortalité infantile d'ici à 2015. « Même si la moitié des pays pauvres ne disposent pas d'outils comptables pour mesurer réellement leurs progrès, c'est une référence utile, mieux que le PIB par tête », explique François Bourguignon, l'économiste en chef de la Banque mondiale.

Le professeur Ruut Veenhoven, de l université Erasmus à Rotterdam, a calculé un « bonheur national brut » (BNB) par pays. Son dernier classement place Le Danemark en premier., puis la Suisse, l’ Autriche, l’Islande. Les États-Unis se situent en 17e position , le Royaume Uni en 22 ieme, la France en 39eme , l Inde en 45eme , et l’Ukraine en 92 ieme position ! Pour avoir le détail sur de son classement de 95 pays cf le site de l internaute :

http://www.linternaute.com/savoir/classement/pays-bonheur/1-danemark.shtml

Le modèle du professeur Veenhoven est très complexe. Il prend en considération beaucoup d’éléments : par exemple certains indices de développement humain relatifs à la santé, l’éducation, et la richesse, d’autres relatifs à des indicateurs de la stabilité politique, des libertés individuelles…

pour plus de detail cf le site www.worlddatabaseofhappiness.eur.nl

Il a déclaré : .« Il est possible d'améliorer le bonheur d'un grand nombre de gens, et la meilleure façon d'y parvenir est de privilégier la liberté et la justice. La croissance économique n'est pas susceptible d'ajouter considérablement au bonheur, pas plus que la réduction des inégalités ou une plus grande protection sociale dans une économie d'abondance. »

1 commentaire:

Anonyme a dit…

C'est fort intéressant et même raffraichissant de lire tout cela; cela sort vraiment des sentiers battus et donne un éclairage moderne à la notion de boheur.
Néanmoins je m'étonne que selon ta dernière citation la réduction des inégalités ne contribue pas à un plus grand bonheur. Pour moi c'est un des buts qu'une nation doit avoir.