- Ethique et Economie

Dans des précédentes pages, l’ inégalité et le développement sont apparus souvent reliés ( cf Inégalité et progrès technologique , cf inégalité et développement ). La question de l’inégalité fait partie du volet éthique, qui n’ est plus directement présent dans l’ économie.


C est Amartya Sen, ( Prix Nobel Économie 1988) qui s’est intéressé à la réintroduction de l’éthique dans l’ Économie et à l’ apport important de cette science morale dans l’ Économie «mécaniste ».


Sen est parti d’ un constat qui l’ a beaucoup marqué pendant son enfance en Inde. En effet , très jeune,, il fut témoin de la famine au Bengale pendant laquelle moururent trois millions de personnes. Sen a conclu plus tard que ce désastre n'aurait pas du avoir lieu. Il pense qu'il y a eu, à cette époque en Inde, un approvisionnement suffisant : la production était même plus élevée que pendant les années précédentes où il n'y avait pas eu de famines. Mais la cause de la famine de 1947 est plus lié aux grandes inégalités de revenues qui ont empêché les travailleurs ruraux de s’ approvisionner sur le marché, faute de moyens et non fautes de vivres.

Sen a étudié les fondements de l’ Économie, et a beaucoup critiqué la notion d’ utilité. ( exemple , un promeneur se perd à la campagne. il rencontre quelqu’ un et lui demande la route de la gare. Ce dernier , en fait n’ en sait rien, mais ayant une lettre a envoyer par la poste, lui dit que ce n est pas loin de la poste, et qu en passant il pourrait déposer sa lettre. le promeneur la prend, pensant qu’il pourrait y trouver quelque chose d’utile ).

Il a proposé de la remplacer par la notion de «capabilité ». cette approche est beaucoup plus complexe. Ainsi l’ensemble des capabilités reflète la liberté qu’ a une personne de choisir entre mode de vie possibles. La valeur qu’ un individu accordera à un bien ou à la possession d’un bien ne sera considérée que dans la mesure ou ce bien permet de réaliser une chose à laquelle cet individu accorde de l importance, c est à a dire sa capabilité.

La liberté devient primordiale dans cette approche: la liberté à l œuvre dans la notion de capabilité met en avant la potentialité qu’ a un individu de choisir , et l’ accès à ces choix.

Il s’ en suit que les concepts de pauvreté absolue ou relative ( cf la pauvreté ) deviennent obsolètes. Pour Sen la pauvreté « est une notion absolue dans l’ espace des capabilités mais prendra très souvent une forme relative dans l’espace des biens ou caractéristiques ».

Etre pauvre, c est de ne pas pouvoir choisir ses activités, ne pas pouvoir mener ses projets à bien ou encore ne pas être mobile.

Ainsi selon Sen « le progrès n’ a de sens que par rapport aux libertés. Une avancée est une avancée de liberté. avancer dans le développement dépend avant tout de la possibilité pour les gens d’exercer leur libre initiative ».

Aucun commentaire: