- l’ APD et les Français

Selon un récent sondage IFOP – AFD ( l’ Agence Francaise de Développement ), Les Français sont demandeurs d’information (68% voudraient en savoir plus sur l’aide au développement). Prêts à s’investir personnellement en faveur des pays en développement à 56%, ils souhaitent que les efforts qui y sont consacrés par la France se maintiennent (51%), voire s’intensifient (38%), même si l’ Europe a son propre dispositif, et malgré les difficultés budgétaires actuelles.

Si les Français s’accordent à 84% sur le fait que l’aide fournie doit participer à la transmission d’un savoir-faire, ils indiquent clairement les domaines qu’ils jugent prioritaires : humanitaire et sanitaire (65%), puis économique et social (33%). Les modalités d’intervention qu’ils souhaitent voir promues sont également classées : l’accès à l’eau potable (88%), la mise en place de programmes de santé publique (75%) et l’accès aux médicaments (72%). Enfin, la principale zone où concentrer les efforts est l’Afrique sub-saharienne pour 67% d’entre eux.

89% des Français s’accordent sur le fait que le développement durable s’impose à tous, y compris aux pays en développement, mais cette perception va au-delà : pour 79% d’entre eux, le développement durable doit désormais être une condition pour l’obtention d’une aide publique au développement. Il s’agit de favoriser le développement des énergies renouvelables (61%) la lutte contre la déforestation (56%) et la préservation de la biodiversité (50%).

l’ Enquête est réalisée par l’Ifop auprès d’un échantillon national représentatif de 1000 individus, âgés de 15 ans et plus au cours du mois de juin 2007.

il faut rappeler que L’Agence Française de Développement (AFD) est l’opérateur pivot de l’aide publique au développement française. selon l’ AFD L cf http://www.afd.fr

« l’Agence contribue aux efforts de la France pour l’atteinte des objectifs du millénaire, à la fois par la réduction de la pauvreté, le soutien à la croissance économique et la préservation de l’environnement. L’Agence finance des projets portés par les pouvoirs publics locaux, les entreprises publiques ou le secteur privé et associatif. L’Afrique subsaharienne est une priorité pour l’Agence qui y consacre plus de la moitié de ses financements (1,2 milliards) et plus de 80% de ses subventions. En 2006, les engagements du Groupe (AFD et Proparco, sa filiale spécialisée dans le financement et la promotion du secteur privé) ont été au total de 2,4 milliards dans les pays en développement. Ces financements ont concerné la scolarisation de 3,8 millions d’enfants et la vaccination de 5,6 millions, l’amélioration des conditions de logement de 690 000 personnes et l’approvisionnement en eau potable de 5,4 millions. Les projets d’efficacité énergétique sur la même année représentent une économie de 1,7 million de tonnes de CO2 par an »

1 commentaire:

tania a dit…

bravo pour le nouveau look papa!