pétrole et éthique

Les revenus des compagnies pétrolières a représenté une somme de 866 milliard de USD en 2006, soit plus de 2 % du GDP mondial. Ce chiffre ( en 2008, il sera encore nettement plus important, compte tenu des « sommets » de prix actuel ) montre, entre autres, l’importance économique de ce secteur. Est il, nécessaire de rappeler l’importance de ce secteur à qui l’on doit la plupart des avancées technologiques depuis un siècle !

Devant l’apparition au grand jour de certains scandales, liés à l’exploitation , au transport et au raffinage du pétrole, la société civile s’est intéressé. Ainsi des ONG , selon leurs spécificités, approfondissent plus particulièrement un aspect, mettent à la disposition du grand public des informations, et émettent des recommandations.

Transparence internationale (TI) qui s intéresse à la lutte anti-corruption, vient de publier son Rapport 2008 sur les Performances des Compagnies Pétrolières et Gazières. TI évalue 42 des principales compagnies internationales et nationales opérant dans 21 pays, en matière de transparence de leurs reporting : versements effectués aux gouvernements pour les droits d’extraction de ressources (royalties, taxes, commissions...), les informations sur leurs activités industrielles (réserves, dépenses d'exploration-production...) et les mesures prises pour lutter contre la corruption.

Le rapport, qui se fonde sur des données rendues publiques par les compagnies, classe celles-ci en trois catégories : performances hautes, moyennes ou faibles. Seulement un tiers des compagnies évaluées affichent des performances hautes (voir le tableau ci-joint pour les résultats complets) : StatoilHydro, Petro-Canada , Talisman Energy , et Shell font partie du premier tiers.

Ces compagnies ont aussi réalisé de très bonnes performances financières et ont aussi réussi à s’implanter dans de nombreux pays.

Ce qui montre que ETHIQUE et PROFITABILTE SONT COMPATIBLES .

Une plus grande transparence peut rehausser la confiance des marchés financiers ainsi que celle des parties prenantes. « La transparence des revenues est un système gagnant, » énonce Cobus de Swardt, directeur général de TI

Le rapport recommande aux compagnies d’agir rapidement et de réaliser des reporting proactifs, des paiements versés par pays, sans attendre que les lois les y obligent.




Si une nette amélioration a été constaté depuis le rapport de l’année précédente, TI souhaite que cette amélioration continue pour le meilleur bénéfice des parties prenantes, et en particulier pour les plus pauvres.


pour le rapport en détail, site de transparence internationale