marchés internationaux , exposition à la corruption et lutte

Les risques de corruption deviennent de plus en plus importants avec la mondialisation et la pression de croissance que subissent les dirigeants des entreprises internatiinales.

Une étude récente vient d’ être publié concernant ce risque et sa perception par les grandes sociétés internationales et les mesures pour combattre la corruption.

L’ enquête menée par le cabinet PriceWaterHouseCoopers a porté sur un échantillon de 390 cadres supérieurs opérant dans 70 pays. Par la suite des rencontres approfondis ont eu lieu avec une quarantaine de dirigeants et experts en lutte anti fraude dans 14 pays .

Voila Les principaux résultats de cette étude :

- Près des 2/3 des dirigeants interrogés ont été confrontés avec la corruption. Une partie d’entre eux ( Un peu moins de la moitié au total ), pensent que leur compétiteurs ont payé des pots de vin pour obtenir des marchés. Egalement une partie ( 2/5 du total ) indique que leur société a perdu des affaires à cause de la corruption existante

- La plupart disent qu ils sont le plus exposés à la corruption en travaillant avec des pays du BRIC : Brésil , Russie , Inde , Chine et aussi l’ Amérique du sud.

- Ces résultats corroborent avec une autre étude réalisée par le même cabinet en Grande Bretagne, qui indique que la moitié des fraudes détectés dans ce pays implique un partenaire à l’ étranger.

- Plus de la moitié de ces dirigeants affirment que – de tous les effets de la corruption : financier, légal, opérationnel , le plus dangereux est le risque sur la réputation !

- Si plus des ¾ indiquent avoir un programme anticorruption en place, seulement ¼ estiment que ce programme est efficace

Dans cette étude, le terme corruption comprend : les pots de vin, le conflit d’intérêt, l’extorsion, la fraude, le détournement de fonds.

Cette étude ( confronting corruption ) est téléchargeable sur le site de pwc









photo, copyright Tania

Les mesures , communément reconnues pour combattre la corruption sont les suivantes :

Ø La mise en place d’un plan anti corruption dans l’organisation, en plusieurs étapes :

1- Analyse des risques de corruption existants en particulier en fonction des pays dans lesquels la société opère, les types d’activités concernés

2- Implémentation, et vérification qu’a chaque nouvelle activité, le plan est mis à jour et suivi

3- Afficher des sanctions claires, en cas de non respect du plan de lutte

Ø L’Introduction d’un numéro d’appel pour assister les employés devant des choix, et décisions à prendre (dois je accepter cette invitation ?, puis-je aller jusqu’ a tel niveau pour obtenir ce marché ?)

Ø L’introduction d’un numéro d’ appel ( anonyme ou pas ) pour les employés qui veulent signaler une alerte ou un manquement par rapport à ce programme

Ø La mise en place d’un système de suivi et d’ évaluation du plan, et sa mise à jour

Ø Le Développement d’une communication autour du programme de lutte anti corruption auprès de tout le personnel de la société et éventuellement de ses parties prenantes ( clients, fournisseurs, etc…)

Ø La souscription à un des standards mondiaux de lutte contre la corruption ( niveau international, niveau OCDE, niveau Européen) et en le mettant en application

Ø La Coopération avec la société civile en général et certaines ONG en particulier , qui suivent de près la corruption et son évolution dans le monde. ( cf publish what you pay, transparency )

Aucun commentaire: