éthique et développement en période trouble

Un article que j' ai rédigé vient d’ être publié dans la revue des anciens Elèves de l’ Ecole Polytechnique, « la Jaune et la rouge » numéro d’octobre 2008 ;

Il est accessible ici à l' adresse suivante :

http://www.lajauneetlarouge.com/articles/management--ethique-et-developpement-en-periode-trouble-1755/gerer-en-periode-de-crise/2008-10-num-638.html

Il est intitulé : l 'éthique et le développemet en période trouble.

J'y démontre pourquoi les approches classiques de l'entreprise, qui se considère comme juste un opérateur mettant des produits sur le marché ne fonctionnent plus. En effet les nouvelles attentes éthiques et responsable de la part des parties prenantes ( clients, collectivité, état ) sont de lus en plus fortes , par exemple :

  • au niveau environnemental, avec la réduction la production de déchets ou l’émission de produits polluants, la limitation de la consommation d'énergie d'origine fossile, d'eau et de matières premières qui se raréfient, le respect de la biodiversité
  • au niveau sociétal avec la place que doit prendre l'entreprise dans le developpement et la mise en place de mesures anti-corruption , la collaboration avec les communautés locales des pays concernés, et le développement de de projets avec les pays les moins avancés,
  • au niveau social, en intégrer au mieux les catégories de population en sous-emploi ou en difficulté, comme les jeunes et les seniors,la mise en place de chartes éthiques
  • au niveau des états , qui mettent en place des réglementations de plus en plus stricts , et qui engagent la responsabilité des chefs d ' entreprise

Certaines dérives récentes ont montré à quel point l'absense de comportement responsable pouvait coutait cher à l'entreprise : exemple Enron, Nortel, Computer Associates, Worldcom, Videndi, Parmalat qui, pour certaines, ont purement et simplement disparu .

J'y explicite également la notion d « éthique d'entreprise » , employée dans le sens de la responsabilité, et des conséquence des actions dans la recherche du bien être du plus grand nombre de parties prenantes. Ces notions étaient présentes dès le départ, par exemple chez un des fondateurs de l'économie : Adam Smith, qui écrivait une théorie des « sentiments moraux ». Elles ont été développé explicitement par la suite, par exemple par le Pr. Amartya Sen , prix Nobel en Economie , en 1998 , qui a défendu une conception du consommateur incluant les valeurs morales dans ses préférences de choix.
J'y montre comment ces nouvelles attentes , existantes et potentielles, peuvent être à l'origine de voies de développement innvantes et responsables , comme certaines entreprises ont saisi l opprtunuité , tels que Danone et son projet de yaourt enrichi pour participer à lutte contre la malnutrition au Bengladesh, ou essilor avec ses lunettes bon marché et la lutte contre la cécité en Inde.

Ces voies sont aussi des voies nouvelles de croissance pour l entreprise, et peuvent même représenter un avantage compétitif, comme le montre Michael E. Porter, dans un article récent à la Harvard Business Review.

Pour aller vers des voies de développement responsables, même à tire expérimental, et que ces voies soient bénéfiques aussi à la croissance de l' organisation, particulièrement en ces tempsde crise, j indique les élements de base d'une méthodologie qui privilégie les alliances avec des ONG, la mise en place de supports à la créativité tels que les concepts de l'entreprise apprenante.