transfert


J'ai transféré mon blog à l'adresse suivante http://diadevelop.com

ou vous trouverez mes articles en francais, mais aussi en anglais.

I have moved my blog to http://diadevelop.com

now in french and english




Formation et réforme publique


Beaucoup de projets de réformes et de modernisation d’administration publiques dans les pays en voie de développement n’aboutissent pas pas pleinement au résultat escompté.
Il y a beaucoup de raisons à cela. Je cite quelques unes.
- la greffe de modèles importés ne prend pas toujours facilement.
- Le manque de préparation
- Le manque de transfert de compétences
- La complexité de l ‘installation d’un ERP
Dans cette page, je vais surtout insister sur l ‘importance de la formation des fonctionnaires, ayant travaillé moi même dans plusieurs projets de modernisation d’administrations publiques en Asie et en Afrique.
Je considère que cette formation, doit être gérée comme un projet à part.
Souvent , elle fait partie de la « gestion du changement », comme sous projet de l ensemble. Mais dans ce cadre :
1-Elle se fait en parallèle au projet de modernisation, pendant la durée du projet. Ce qui est insuffisant dans la plupart des cas, car arrivant un peu tard.
2-Elle vise surtout, dans le cadre de la gestion du changement, à mieux faire accepter la solution proposée. Et non pas à faire bénéficier les fonctionnaires de l’ administration visée du maximum possible.

De mon point de vue, cette formation devrait démarrer avant le projet, dans la phase de préparation. Ce qui veut dire souvent quelques mois avant le démarrage du projet de modernisation en tant que tel.
Son financement peut – parfois - être couvert par des projets d ‘assistance technique, bien sur si leur durée est compatible avec le planning du projet de modernisation.
Elle vise d’abord à donner aux fonctionnaires des notions sur le concept même de projet. En effet, nous avons tendance à croire que ce concept est naturel . et il ne l’est pas. La gestion « rationnelle » de projet est relativement nouvelle, provenant du monde de l’entreprise et datant de la deuxième moitié du XXieme siècle ( cf par exemple le numéro 43 de la revue gérer et comprendre sur le site des annales des mines ).
Bien sur le contenu doit aussi inclure les notions de base sur-lesquels va porter le projet de modernisation ( finances, taxes, économie , etc…) dans leur conception moderne.
Et il doit inclure un minimum sur l ‘ emploi des outils bureautiques classiques qui , en général ne sont pas assez connus. Et qui constituent un socle pour l’emploi des outils sophistiqués qui seront mise en place au cours du projet.
Cette formation peut se dérouler selon les méthodes classiques, en direct ou à travers la formation de formateurs.
Elle doit inclure des évaluations des résultats, en fonction desquels – entre autres - les futurs équipes de projets de l’administration vont être formés.
Il va de soi, que cette formation sera complétée par la suite –pendant les différentes phases de déroulement du projet, sur les nouvelles procédures, les outils informatiques mis en place. Et également, par le transfert de connaissance pendant le travail en commun avec les équipes des experts qui mettront en place le projet.
Le bénéfice que peut tirer une administration de son projet de modernisation est directement lié à l’importance de cette formation, à sa qualité, mais aussi à sa « quantité » ( nombre de personnes formées, budget consacré, nombre d’heures de formation, diversité des sujets traités, etc…).
S il faut optimiser des contraintes budgétaires, il vaut mieux opter pour un plus grand budget de formation, quitte à diminuer le budget de mise en place du projet. Par exemple, en diminuant le périmètre du projet de modernisation confié aux experts externes, et en le complétant par des travaux à réaliser en interne par les équipes internes de projet, une fois formés et ayant acquis un transfert de compétence.